Éditorial

Chers collègues,

Bonne nouvelle, le paysage s’éclaircit au niveau des traitements des cancers de la femme par immunothérapie. Le dossier thématique de ce 2e numéro de l’année de LA REVUE Immunité & Cancer aborde la question du cancer de l’endomètre dont l’essentiel de la prise en charge était basé sur une stratégie de première ligne associant carboplatine-paclitaxel avec un taux de réponse allant de 40 à 62 %, à des stratégies de secondes lignes de chimiothérapie très décevantes associées à des taux de réponses très faibles. L’arrivée des ICI seuls ou en combinaison change la donne dans les cancers de l’endomètre avec des réponses notables en 2e ligne et de nombreux essais de phase III en cours (Laura Mansi, Fernando Bazan, Guillaume Meynard, Meher Nasri, Benoît You, Elsa Kalbacher). Autre pas en avant, dans le cancer du sein métastatique HER2low HR+ et HR- : la présentation des résultats de phase III de l’étude Destiny Breast cancer 04 au dernier congrès de l’ASCO, publiés dans la revue New England Journal of Medecine 1, utilisant le trastuzumab deruxtecan (T-Dxd), a fait l’objet d’une longue standing ovation. TDx est un anticorps IgG1 humanisé anti-HER2 couplé à deruxtecan qui, après internalisation, libère le deruxtecan qui induit la mort cellulaire par clivage de l’ADN.

Nous vous avions présenté les résultats des études précédentes utilisant cette molécule dans un précédent numéro de LA REVUE Immunité & Cancer (Rev Immun Cancer 2021 ; 5 (3) : 158-60). L’intérêt porté aux Ac conjugués ne cesse de croître, comme nous le verrons plus loin. Le cas clinique de ce nouveau numéro rapporte le cas d’une patiente atteinte d’un cancer du sein triple négatif, traité dans le cadre de l’essai de phase III Keynote-355 évaluant l’ajout du pembrolizumab à la chimiothérapie en première ligne métastatique, dont la survie sans progression et la survie globale ont été prolongées grâce à ce nouveau traitement (Antoine Deleuze, Jérôme Martin-Babau, Fanny Le Du, Anne-Claire Hardy-Bessard, Véronique Diéras).

Vous trouverez aussi une mise au point rédigée par l’une des équipes co-découvreuses des vertus des bactéries contenues dans « la soupe jaune », le microbiote intestinal, dans la réponse aux ICI. Des essais cliniques utilisant des traitements par substitution de microbiote sont en cours. L’administration de prébiotiques comme la castalagine, isolé e du fruit Myrciaria dubia appelé couramment camu-camu, augmente l’efficacité d’anti-PD-1 dans des modèles précliniques et off re des pistes potentiellement prometteuses (Meriem Messaoudene, Bertrand Routy).

Vous avez apprécié la mise au point et la discussion concernant la vaccination anti-SARS-CoV-2/Covid-19 des patients cancéreux en fonction des traitements. Il nous a semblé nécessaire de refaire un point après la 3e vague de Covid-19, plusieurs études publiées discutant l’efficacité de la vaccination chez les patients sous immunothérapie. Un très grand merci aux auteures d’avoir rédigé cet article bref en un temps record (Souad Assaad, Virginie Avrillon, Mona Amini-Adle). L’immunothérapie par ICI est un traitement simple à administrer à domicile. Une réflexion démarre sur l’administration des ICI dans le cadre de l’hospitalisation à domicile (HAD). La Société Française d’Immunothérapie du Cancer (FITC) a établi un guide d’immunothérapie en HAD. Vous trouverez un article bref qui fait le point sur ces questions (Maurice Pérol).

Un dernier article bref présente les nouvelles du premier congrès de l’American Association for Cancer Research (AACR 2022) post-Covid. Parmi une audience clairsemée, l’attention était tournée vers les CAR-T cells où des régressions tumorales spectaculaires ont été observées dans les gliomes malins pédiatriques ainsi que vers les CAR NK en présence d’anticorps bispécifiques (AFM13) associant les cellules NK à la cellule tumorale CD30+ dans les lymphomes de Hodgkin (K. Rezvani, MD Anderson, US).

Enfin, un grand bravo à Felix Pham, lauréat du Prix Hervé Fridman, qui présente dans la rubrique « L’oeil de l’interne » son projet sur la construction d’un score composite alliant des marqueurs immunitaires et de plasticité tumorale afin de mieux discriminer les patients bénéficiant de l’immunothérapie.

Bon été à tous et à bientôt !

Pr Catherine SAUTÈS-FRIDMAN
Rédactrice en chef de LA REVUE Immunité & Cancer

Rev Immun Cancer 2022 ; 6 (2) : 59-60.

RÉFÉRENCE

  1. Modi S, Jacot W, Yamashita T, Sohn J, Vidal M, Tokunaga E, et al. Trastuzumab Deruxtecan in Previously Treated HER2-Low Advanced Breast Cancer. N Engl J Med 2022 [Online ahead of print].