Éditorial

Chers Collègues,

Dernière minute
Le congrès de l’European Society of Medical Oncology (ESMO) se tient en ce moment de bouclage de notre 3ème numéro de l’année. Je ne peux pas résister à l’envie de vous commenter à chaud des nouvelles de quelques essais, en particulier d’un qui devrait permettre de changer l’avenir des patientes ayant un cancer du sein exprimant HER2+. Il s’agit de l’étude DESTINY dont les résultats de la phase III me semblent exceptionnels. Elle utilise en 2ème ligne chez des patientes métastatiques le trastuzumab déruxtécan (TDx) un conjugué anticorps médicament composé d’un anticorps monoclonal humanisé avec la même séquence d’acides aminés que le trastuzumab, et ciblant spécifiquement HER2, d’un tétrapeptide clivable par les cathepsines des enzymes produites par les cellules tumorales et d’un puissant inhibiteur de la topoisomérase I comme agent cytotoxique. TDx cible les cellules tumorales exprimant HER2, même si ce dernier est faiblement exprimé car l’inhibiteur de topoisomérase agit à très faibles doses, et donc permet de tuer des cellules ayant fixé de petites quantités d’anticorps anti-HER2. Dans cet essai de phase III, le trastuzumab déruxtécan a été comparé au traitement standard par le trastuzumab emtansine (TM), le trastuzumab couplé à un dérivé de la maytansine, un inhibiteur de microtubules. Les résultats montrent que le risque de progression ou de décès a été réduit de 72 % pour les 261 patientes qui ont été randomisées pour recevoir du T-DXd par rapport aux 263 ayant reçu T-DM1 à la place. La durée médiane de la survie sans progression (SSP) n’a pas été atteinte dans le groupe T-DXd et était de 6,8 mois dans le groupe T-DM1, avec des taux estimés à 12 mois de 75,8 % et 34,1 %, respectivement (hazard ratio (IC 95 %) : 0,28 (0,22-0,37), p = 7,8 x 10-22). Ce traitement ouvre des perspectives non seulement pour les cancers du sein, mais aussi pour les autres cancers HER2+ comme certains cancers de l’estomac et du poumon. Les résultats très prometteurs de la phase Ib/II de l’étude BEGONIA présentés lors de l’ASCO2021, qui combinent TDX à un anti-PD-L1, sont également résumés dans un article bref de ce numéro (cf. page 158).

Autre perspective plus lointaine mais intéressante, l’annonce d’Innate Pharma concernant le monalizumab, un inhibiteur de point de contrôle immunitaire potentiellement « fi rst-in-class » ciblant le récepteur NKG2A exprimé sur les lymphocytes cytotoxiques NK et T CD8 infi ltrés dans la tumeur (partenariat avec AstraZeneca). Les résultats de l’analyse intermédiaire de l’essai de phase II COAST ont montré que la combinaison de monalizumab avec durvalumab (anti-PD-L1) a amélioré SSP et le taux de réponses objectives chez des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules de stade III, non opérable, qui n’ont pas progressé après une chimioradiothérapie simultanée, par rapport à durvalumab en monothérapie. Après un suivi médian de 11,5 mois, le taux de SSP à 10 mois était de 72,7 % pour durvalumab plus monalizumab, contre 39,2 % avec durvalumab seul. Sur la base de ces résultats, AstraZeneca a informé Innate de son intention de lancer une étude à visée d’enregistrement avec monalizumab en combinaison avec durvalumab chez des patients présentant un cancer du poumon non à petites cellules de stade III non opérable […]

Pr Catherine SAUTÈS-FRIDMAN
Rédactrice en chef de LA REVUE Immunité & Cancer

Volume 5 – Numéro 3

Juillet – Septembre 2021

AU SOMMAIRE

Mise au point

Immunothérapie dans les cancers œsogastriques
Thomas APARICIO, David TOUGERON

Dossier thématique

Immunothérapie et cancers de la sphère ORL
Esma SAADA-BOUZID, Joël GUIGAY

Cas clinique

Immunothérapies innovantes dans le lymphome de Hodgkin réfractaire/en rechute (rrLH)
Emmanuel SLEIMAN, Philippine ROBERT, Jean-Noël BASTIE, Laurent MARTIN, Cédric ROSSI, René-Olivier CASASNOVAS

Article bref

Nouvelles du congrès de l’association américaine de recherche sur le cancer AACR 2021 virtuel
Catherine SAUTÈS-FRIDMAN

BEGONIA (phase Ib/II) : évaluation de la combinaison durvalumab avec le paclitaxel ou le T-Dxd dans le CSTN localement avancé ou métastatique
Catherine SAUTÈS-FRIDMAN

Œil de l’interne

De l’intestin à la tumeur : rôles des microbes dans la réponse immunitaire antitumorale
Guilhem PUPIER

Nos Atouts

ADN

Mieux comprendre
pour mieux traiter

Positionnement

1ère et unique revue francophone trimestrielle dédiée à l’immuno-oncologie

Comités

Scientifique et éditorial
PLURIDISCIPLINAIRES

ligne éditoriale

Un éclairage scientifique et pédagogique sur l’actualité en immuno-oncologie

Aller à la barre d’outils